Qu'est-ce que le fandom?

Introduction

Vous aimez la science-fiction et en dévorez avidement à toutes les occasions? Vous partagez votre passion avec quelques copains privilégiés seulement? Vous avez été attiré ici sans vraiment avoir une idée claire de ce qui se passe dans un congrès de science-fiction? On va essayer d'étoffer un peu le portrait.

Les congrès de science-fiction sont des événements organisés par et pour les amateurs de science-fiction pour le simple plaisir de se rencontrer en chair et en os, de dialoguer sur les multiples facettes des genres qui nous intéressent, d'en découvrir de nouvelles, de faire des rencontres avec des gens qui partagent nos passions, de prendre contact directement avec des auteurs que nous ne connaissions que de nom ou de réputation et, en fin de compte, de s'amuser fermement.

Il se tient des congrès de science-fiction pratiquement toutes les semaines quelque part en Amérique du Nord. Voyez les listes sur le site de la revue Locus, elle-même consacrée à l'actualité de SF :

Cette pratique est née aux États-Unis dans les années 1930s. Elle a contribué à la formation de ce qu'on nomme en anglais le fandom, la société formée par tous les amateurs de science-fiction. Si vous aimez la SF, vous faites partie du fandom, que vous le sachiez ou non :-) et vous avez votre place dans les congrès.

Avec le temps, les congrès ont pris de l'ampleur. La WorldCon, la convention mondiale de SF, le principal congrès de l'année, accueille six ou sept mille participants à chaque année quand elle se tient sur le territoire des États-Unis. En 2009, pour la première fois, elle s'est tenue à Montréal. Vous avez manqué ça? C'est vraiment dommage. Pour vous donner une idée, aller lire le texte que j'avais préparé avant l'événement pour expliquer aux nouveaux venus tout ce qui se passe dans un congrès d'envergure: ou cet autre compte-rendu de participation à Anticipation 2009:

Tout ça a débouché, ces dernières années, sur une floraison spectaculaire de congrès spécialisés calqués plus ou moins sur le modèle original. Les congrès Star Trek, les congrès de bandes dessinées, de mangas, de jeux de rôle ou de plateaux, de jeux d'ordinateurs ou en ligne, etc. Un kaléidoscope fascinant des plus hauts en couleurs.

Le Congrès Boréal, pour sa part, est la modeste contribution du Québec francophone à l'univers du fandom. C'est un congrès généraliste, ouvert è tous les aspects de l'univers de la SF. En 2010, nous en sommes à sa 27e édition. Pas mal, non?

Oui mais je ne connais personne dans ces rassemblements-là!

Je sais. Quand on n'a jamais mis les pieds quelque part, on ne peut pas savoir ce qui nous attend. Et on ne veut pas avoir l'air fou. Et tous les autres ont l'air de savoir exactement où ils vont et pour y faire quoi... C'est un peu intimidant.

Je vais vous faire un aveu. Je suis toujours complètement mêlé durant les congrès. Surtout les gros où il se passe plein de choses en même temps. Et ce n'est pas parce que je manque d'expérience. Non. C'est juste étourdissant d'avoir à choisir entre aller rencontrer un écrivain vedette en groupe tellement restreint que c'en est presque une rencontre privée, aller voir en primeur des séquences du prochain film de SF à grand succès avant tout le monde, aller se choisir un dessin dédicacé par un artiste qu'on n'a jamais vu ailleurs qu'à la télévision... et avoir l'opportunité de constater que ces gens sont des êtres humains en chair et en os, qu'ils ont le sens de l'humour, qu'ils se souviennent du temps pas si lointain où ils étaient à votre place, bref, qu'ils sont parlables.

Premier truc, mais qui vaut son pesant d'or: Venez à plusieurs. Comme ça, vous êtes sûr de connaître quelqu'un. Au pire du pire, vous allez passer un congrès à observer la faune et la flore locale comme dans un safari, prendre des photos, écouter les autres dans les panels, etc. Et si ça ne vous tente pas, vous ne serez pas obligé d'ouvrir la bouche. Aucun risque! :-)

Deuxième truc: Les écrivains et artistes invités sont là pour le plaisir autant que pour n'importe quelle autre raison. Si vous ne savez pas comment briser la glace, dites-vous bien qu'eux non plus. Il n'y a pas si longtemps, il suffisait de choisir le bon moment et de dire "J'aime beaucoup ce que vous faîtes. Puis-je vous offrir un verre au bar de l'hôtel?" et on était parti pour des heures de plaisir. Une vedette avec deux ou trois verres dans l'estomac devient vite moins intimidante... et soi-même, moins timide. :-) Mais les temps ont changé. Aujourd'hui, vous aurez peut-être plus de chance en offrant un jus de carotte. Heureusement, les séances de lecture permettent d'approcher les vedettes quand même. Et comme ces séances ne sont pas très fréquentées, elles ressemblent souvent à des conversations intimes à quelques-uns. Vous n'avez pas lu ce que le grand nom devant vous a écrit? C'est pas grave. Il s'en doute. Il y a trop de produits offerts de nos jours pour qu'on puisse suivre tout le monde. "Quand vous avez commencé à vous intéresser à la SF, c'était avec quoi? Les comics? Les films? Les livres?" Quelle que soit la distance entre lui et vous, vous voilà en terrain compatible.

Troisième truc: Tout le monde adore laisser traîner des indices sur leurs préférences en matière de SF. Le texte sur ce T-Shirt, le logo sur ce macaron, la forme soignée de cette reproduction d'accessoire ou ce costume vous rappelle quelque chose? Vous voilà en terrain connu. "Oh! Très réussi! Et il y a beaucoup de monde qui saisissent l'allusion à (insérer la mention appropriée)?" À l'inverse, vous voyez bien qu'il y a une allusion, mais elle ne vous rappelle rien: "Cet accessoire me rappelle quelque chose, mais je ne parviens pas à mettre le doigt dessus. C'est quoi donc?" Si vous l'osez, vous pouvez aussi porter vous-même vos allusions et qu'on les reconnaisse.

Quatrième truc: Venez me parler. Je suis intarissable sur la sujet du fandom. Vous allez en apprendre plus que vous ne vouliez en savoir et ne parviendrez bientût plus à vous débarrasser de moi. Et si vous participez vous-même à un coin récent de l'univers du fandom que je ne connais pas, c'est moi qui vais vous faire parler! N'ayez pas peur, je n'utilise plus souvent le fouet ni les bidules électriques attachés un peu partout sur le corps.

Et si rien de tout ça ne vous tente, il restera toujours la programmation. Le show de Christian Sauvé, qui commente les trailers de films du moment, est une tradition à ne pas manquer qui vaut le prix du congrès à elle seule. Vous allez vous tordre et vous roulez pas terre... de rire, bien sûr. pas de douleur. :-)

 

  • Prix Aurora/Boréal 2012

    Vous pouvez consulter la liste des lauréat de l'année 2012 ici


  • Prix Plume 2012

    Notre invité spécial Patrick Sénécal est en lice pour le prix Plume dans la catégorie jeunesse pouir son roman Malphas.


  • Prix Aurora/Boréal 2011 — Montréal

    La liste des lauréats est disponible sur le site des Aurora Awards


  • Prix Boréal 2010 — Québec

    Meilleur roman
    Laurent McAllister Suprématie. Bragelonne
    Meilleur nouvelle
    Alain Bergeron Ors blancs Solaris
    Meilleure production écrite hors fiction
    Mario Tessier, Carnets du futurible, in Solaris.
    Meilleure création artistique visuelle et audiovisuelle
    Gabrielle Leblanc,pour ses publications dans le fanzine L’Asile.
    Meilleure fanédition
    Guillaume Voisine. Brins d’éternité.


  • Prix Boréal 2009 — Montréal

    Meilleur livre — Lauréat
    Éric Gauthier. Une Fêlure au flanc du monde. Alire, 2008.
    Meilleure nouvelle — Lauréat Jean-Louis Trudel. « Le dôme de saint Macaire », in Solaris n° 164
    Meilleur production critique — Lauréat
    Mario Tessier. Carnets du futurible, in Solaris.
    Meilleure création artistique — Lauréat
    Chantal Lajoie (Sybiline). Brins d’éternité, 20
    Meilleur fanéditeur — Lauréat
    Guillaume Voisine. Brins d’éternité.
    Concours d’écriture sur place 2008 — Lauréat
    Élodie Daniélou, Luc Dagenais, Marie Laporte, Jean-Pierre Laigle et Dave Côté.