Amateurs de costumes, novices ou pros, bonsoir!!!


Içi Matante qui revient vous parler costumes.... En commençant, je voudrais vous faire part d'une découverte fabuleuse: je suis allée sur le GOOGLE, vous savez, là, le petit dessin avec un renard essayant de bouffer une boule bleue. C'est Mononcle Joel qui m'a ouvert la machine, je suis pas encore capable toute seule mais ça va venir. Ben savez-vous quoi??? Si vous écrivez le mot "COSTUME", y a plein de sites qui parlent de costumes qui apparaissent comme par magie. Pis si vous précisez une période historique ou un sujet particulier, y a des sites qui parlent juste des costumes de cette époque ou ce sujet-là. J'avais commencé à recopier les adresses des sites ( j'étais rendue à 324) quand Mononcle Joel m'a fait remarquer que des jeunesses comme vous-autres saviez déjà comment aller voir le GOOGLE. J'en reviens pas. Dans mon temps, on était obligés de chercher des livres sur le sujet, pis y en avait pas beaucoup, en passant. Vous savez pas comme vous êtes chanceux. Mais c'est vrai que nous autres quand on était jeune on pouvait faire du bécik nu-tête pis le manger-santé existait pas. Ah! Pis y a des patrons de costumes d'époque ou de fantasy-horreur-sf que vous pouvez acheter dans les magasins de couture ou faire venir par la poste; en particulier les compagnies de patrons suivantes: Mc Calls, Simplicity, Butterick et Burda. Elles aussi sont sur le GOOGLE. C'est fabuleux.


Maintenant on va parler de fabrication et je vais vous donner quelques exemples parmi les costumes que j'ai moi-même fait. Je vous épargnerai ceux qui m'ont pris 70 heures et ceux que la police m'a demandé de retirer car ils constituaient une menace pour le public.


Mon petit dernier, qui m'a valu le Best in Show à Concept en 2001 (faut dire qu'il n'y avait pas beaucoup de compétition...): LA PASSAGèRE DE SECONDE CLASSE DU TITANIC


Voici une photo des matériaux de départ: un manteau de velours long en parfait état trouvé dans un bazar pour la somme extravagante de 15$ et un chapeau "vintage" ( je traduis : directement venu du passé grâce à une machine à voyager dans le temps de type fond de garde-robe) gracieusement donné par mon amie et complice de mascarade Pascale Raud.


Il me fallait donc à partir de ces deux éléments un peu creepy créer un personnage sinistre (en partie inspiré des remarquables film et livre THE WOMAN IN BLACK de Susan Hill): le fantôme d'une passagère de seconde classe du Titanic n'ayant pas réussi à rejoindre un des bateaux de sauvetage et par conséquent fort peu festive de cet état des choses.

J'ai donc pris une valise en cuir que mon beau-frère Fernand avait trouvé à Montréal en dessous d'un balcon. Une fois nettoyée et vernie, elle avait un air presque guilleret. Comme le personnage a passé du temps dans l'eau, il fallait des algues ( envoyées gracieusement dans un cooler par ma tante Andrée du Bas-du-Fleuve; merci Matante! ) que j'ai fait sécher. J'ai mis à profit ma collection de coquillages et de coraux qui traînaient dans le sous-sol. J'ai aussi pris des crabes en plastique, des appats en forme de vers et de bibittes aquatiques ( Toys-R-Us et magasin de chasse et pêche). Pour finir le tout, j'ai ramassé des bouts de bois usés par la rivière et divers cossins ayant l'air d'avoir trainé dans l'eau, y compris des plumes d'oiseaux de mers ( je salue bien bas la grande déesse Dollarama, vénérée par les costumiers et costumières). Sans compter les éponges prises chez Omer Desserres. Le transport des éléments fragiles ( algues séches et coquillages) s'est fait dans une valise rigide et le costume a été assemblé dans la chambre d'hôtel. Les piêces ont été collée ( glue gun ) et/ou cousues ( fil à rembourrage , fil de fer de petite taille, fil à arrangement floral) pendant qu'un modèle portait le costume ( un gros merci à Alice Leblanc et Ariane Gélinas qui se sont relayées pour la tâche!!!) Un voile en dentelle noire a été rajouté au chapeau; la dentelle retient très bien les petits accesoires types coquillages dans ses plis. Avec du fil à pêche, j'ai attaché à la valise des morceaux de bois et des algues pour faire une guirlande qui mettait l'emphase sur le séjour aquatique de la passagère malchanceuse. Sur la valise, les étiquettes de seconde classe étaient collées; Mononcle Joel les a trouvées, ainsi que la carte d'embarquement que j'ai en main, sur un site historique sur le Titanic. Le maquillage était très facile car il s'agissait d'avoir l'air noyée et en crisse. Du simple maquillage d'Halloween blanc et noir ( les deux mélangés par endroits pour donner un magnifique gris-macéré), en amplifiant au noir les plis cutanés ( joues, menton, front, cernes des yeux). Un rouge à lèvres violet ( merci pour la mode goth! ), de l'ombre à paupières violette ( merci Ariane qui porte cette couleur infiniment mieux que moi, en passant...) et du poli à ongle noir ( facile à trouver en octobre). Et voilà, il ne restait plus qu'à arriver au port de New York en titubant et en faisant la gueule! Dormez prudemment, les jeunes!