Les Prix Boréal 2006

Montréal, 8 mai 2006 — Le dimanche 7 mai, les Prix Boréal de la science-fiction et du fantastique au Canada francophone ont été décernés par un vote des lecteurs pour la vingt-sixième fois depuis 1980. La remise a eu lieu lors du vingt-troisième congrès Boréal, tenu grâce au soutien du département d'Études françaises de l'Université Concordia, du Conseil des Arts de Montréal à l'occasion de son cinquantième anniversaire, du Conseil des Arts du Canada, de l'UNEQ et de la Writers' Union of Canada.

Tous les ans, les Prix Boréal récompensent les meilleures œuvres dans les genres du roman, de la nouvelle et de l'essai. Il s'agit obligatoirement d'œuvres en français relevant de la science-fiction ou du fantastique, parues au Canada durant l'année 2005.

Cette année, un ouvrage de science-fiction remporte le Prix Boréal dans la catégorie du meilleur livre (roman ou recueil). La Maison d'oubli, un roman signé par Élisabeth Vonarburg chez les éditions Alire, offre aux lecteurs le premier tome d'une grande fresque uchronique dont les personnages évoluent dans une version étonnamment différente de la France des Lumières.

Dans la catégorie de la meilleure nouvelle, le lauréat est Éric Gauthier, pour sa nouvelle «Au jardin comme à la guerre» parue dans le numéro 155 de la revue Solaris. Lauréat du Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois en 2003 et du Prix Boréal de la meilleure nouvelle en 2000, Éric Gauthier poursuit son envolée. Aussi connu comme conteur, il fait partie d'une nouvelle génération qui s'approprie avec assurance les univers du fantastique et de la fantasy.

Dans la catégorie de la meilleure production critique, Mario Tessier est honoré pour la série des «Carnets du futurible» publiée dans Solaris. Cette série d'essais des plus documentés fouille différents thèmes liés à l'histoire de la science-fiction replacée dans son contexte social et technologique.

Enfin, dans la catégorie du meilleur fanzine, Brins d'éternité de Mathieu Fortin l'a emporté sur ses concurrents pour la deuxième année consécutive. Émanant de Trois-Rivières, ce périodique très personnel offre un banc d'essai apprécié à plusieurs jeunes auteurs et connaisseurs passionnés par les genres de l'imaginaire.